par

Dans:A la une, Interview, Notre actu

Commentaires fermés sur Quels sont les différents types de papiers?

Au-delà du grammage qui qualifie le poids du papier en gr par m2, et donc son épaisseur, chaque papier se distingue par des caractéristiques bien particulières. Papier de création, papier couché ou non couché, papier bouffant, ignifugé, bristol ou Kraft, papier offset et papiers de création, il existe de nombreuses variantes que tout amateur de beaux carnets se doit de connaître. Petit tour d’horizon avec Soixante5.

 

Le Papier couché et non couché

 

Le papier non-couché est un papier que l’on utilise en communication et en bureautique, par exemple pour des photocopies, des machines à écrire, des dossiers, enveloppes et agendas. C’est un papier apprêté qui est pressé entre des rouleaux pour obtenir une épaisseur uniforme et une surface lisse sans traitement ni finition. Les fibres enchevêtrées sont simplement « collées » ou « surfacées » et permettent ainsi d’éviter l’absorption de l’encre.

Le papier couché quant à lui est un papier recouvert d´une ou deux couches de minéraux et de liants pour obtenir une surface lisse. Ainsi traitée, la surface possède une certaine porosité et une meilleure sensibilité à l´impression. On peut trouver des papiers couchés mats, pour les ouvrages d’art et de prestige, des papiers couchés brillants, pour les documents publicitaires, les catalogues, et aussi des papiers couchés satinés dont la douceur et le soyeux se prête à de multiples utilisations. On pourra utiliser également des papiers couchés dits Two-Tone qui confèrent un aspect raffiné aux documents grâce à leurs deux faces mates différentes, l’une blanche et l’autre ivoire.

 

De multiples variétés de papiers

 

Du papier Kraft, très résistant et utilisé pour les enveloppes ou les emballages, au papier fluorescent dont les couleurs vives se prêtent à des usages en plv pour attirer l’oeil, le papier est un matériau vivant dont il existe mille et une variétés. Citons le papier bible, bien connu, un papier de grande qualité, très fin, solide et résistant, que l’on utilise pour les ouvrages dont la pagination est importante. On trouve également des papiers bouffants qui présentent, pour un grammage identique, une épaisseur supérieure à un papier classique. Avec sa surface rugueuse, il convient pour les ouvrages illustrés et on l’utilise essentiellement en édition.

Le papier offset quant à lui est un papier non couché dont la surface est amidonnée par le dépôt d’une couche de talc ou de kaolin. Cette qualité lui donne un bel aspect et des caractéristiques particulières pour l’impression. Il peut être « satiné » afin d’apporter à son aspect un brillant supérieur, particulièrement pour certaines impressions en quadrichromie (magazines, catalogues, etc.). On peut aussi le trouver sous l’aspect mat pour les cartes ou les « têtes de lettre », un papier offset haut de gamme filigrané pour les éditions d’art et les livres haut de gamme.

De nombreuses autres variétés existent tels que le bristol, au toucher unique pour les cartes et les faire parts, les papiers recyclés ou certifiés, le papier REH, anti-humidité, le papier autocopiant, un papier de haute technologie utilisé pour les documents en liasse tels que les bons de commandes ou de livraisons, ou encore les papiers innovants tels que les papiers numériques ou électrosensibles.

 

Les papiers de création.

 

Matériau noble par essence, le papier peut être en lui-même un objet de création. Les papiers de création sont des variétés de papier à textures, qui présentent des matières et des effets différents pour renforcer l’impact et personnaliser les envois. On trouve dans cette catégorie, les papiers vélins, les papiers toilés, les papiers vergés, translucides ou métallisés. D’autres papiers de création sont destinés à imiter certaines matières tels que le cuir, les écailles ou encore le velours. On peut également se procurer des papiers au toucher « effet mouillé » qui se manipulent sans émettre aucun bruit de froissement.