par

Dans:A la une, Interview, Notre actu

Commentaires fermés sur S’initier à l’art de la calligraphie.

En étymologie, on désigne la calligraphie comme l’art de bien former les lettres d’écriture. Aujourd’hui, elle est devenue l’art du tracé, l’art du trait. Elle est pratiquée par de grands maitres qui réalisent de véritables chefs d’oeuvres mais aussi par des artistes amateurs qui y trouvent également une source de bien-être et qui en font parfois une pratique méditative.

 

Un peu d’histoire pour commencer …

 

L’histoire de la calligraphie est profondément liée à celle de l’écriture. Apparus il y a un peu plus de 5000 ans en Mésopotamie, les premiers signes graphiques ont été retrouvés sur des tablettes provenant de la ville d’Uruk. C’est vers 3330 av. JC que naît une véritable écriture avec les hiéroglyphes sur papyrus en Egypte. L’écriture des sumériens basée sur les pictogrammes devient cunéiforme (associant les coins et de clous) en 2800 av. JC. Elle est alors tracée dans l’argile fraîche avec un roseau taillé en biseau. En Chine, les signes représentant des idées ou idéogrammes apparaissent vers 1400 av. JC. Selon la légende, le scribe Cang Jie, doté de deux paires d’yeux aurait inventé les caractères chinois en observant les oiseaux et les traces laissées par leurs pattes sur le sol. Quoiqu’il en soit, les premiers documents écrits chinois sont principalement des textes divinatoires gravés sur des os et tortues, puis sur du bronze. Terminons ce rapide tour d’horizon historique en rappelant que la calligraphie n’est pas simplement une forme de décoration mais une composante essentielle de la culture des peuples qui la pratiquent. Qu’elle soit hébraïque, chinoise, japonaise, latine, islamique, persane, romaine ou anglaise, la calligraphie reflète et incarne un mode de vie et des croyances. Par exemple, la calligraphie arabe est née en même temps que la religion musulmane. Le style calligraphique angulaire coufique, originaire de la ville de Kufa, fut ainsi aux sources de l’Islam et de l’écriture du Coran.

 

Quelques bons conseils de base…

 

La calligraphie se pratique principalement sous trois formes : la calligraphie latine, extrême-orientale et arabe. Quelle que soit la technique choisie, commencez par en apprendre les fondamentaux et pratiquez régulièrement. Il y a une véritable grammaire de la calligraphie, mais une seule base à retenir, commune à tous les styles calligraphiques : les lignes et les points. Ces deux éléments, la ligne et le point, sont les composants structurels de toute calligraphie. Pour ce qui est de la technique proprement dite, la prise en main d’un outil calligraphique se fait comme pour un outil « classique », comme on prend un stylo. Cependant, à la différence du maniement du stylo, c’est à partir de l’épaule que le mouvement calligraphique se positionne. Les doigts, le poignet, le coude et l’épaule sont solidaires. On écrit droit dans l’axe de son épaule, la feuille restant bien en face du tracé. Si vous souhaitez apprendre à pratiquer la calligraphie, consacrez du temps à cet apprentissage. Réservez des espaces de temps à votre travail de calligraphie et respectez ce rendez-vous. La Calligraphie est aussi un art méditatif qui vous réconcilie avec la beauté des choses. Considérez également les occasions de faire des cadeaux comme des opportunités de développer votre talent. Les anniversaires et les fêtes de famille sont des évènements qui vous inciteront à donner le meilleur et à vous surpasser. N’oubliez pas cependant, ne cherchez pas à viser la perfection, dans un premier temps, entrainez-vous plutôt à la régularité.

  

Quel équipement choisir ?

 

Apprendre la calligraphie nécessite un équipement simple : un support, du papier, une règle, des crayons, de l’encre et des plumes ou des pinceaux. Ainsi le choix du papier peut influencer votre style calligraphique. Les papiers de Chine, du Japon, de l’Himalaya, le papier Roma de Fabriano, le papier C à Grain de Canson, peau d’éléphant ou antique conviennent parfaitement, mais la surface lisse du bristol ou du papier layout est aussi un support apprécié des calligraphes. Le papier aquarelle à grain torchon, le vélin et le papier vergé Ingres peuvent également sublimer l’encre, alors que le lavis technique et le calque permettent de se perfectionner et de réaliser des essais.

 

Quelle encre choisir ? On appelle aussi les calligraphes les maîtres de l’encre, car c’est avec elle que sont réalisées principalement les calligraphies du monde entier. L’encre de Chine liquide est la plus communément utilisée. Elle se présente parfois également sous la forme traditionnelle de bâtonnet, que l’on frotte dans une pierre creuse en ardoise naturelle dans laquelle on aura préalablement versé une petite quantité d’eau. Vous pouvez également pratiquer la calligraphie en utilisant de l’aquarelle, de la peinture acrylique et de la gouache bien diluée.

 

Pour ce qui est des plumes, on peut utiliser différents équipements. Les plumes métalliques sont aujourd’hui celles qui sont le plus employées. Elles existent sous toutes les formes et ne s’usent pratiquement jamais. On peut les utiliser avec de l’encre ou encore avec de la peinture et elles s’adaptent à tous types de papiers. Vous pouvez aussi choisir de pratiquer la calligraphie avec le calame, un morceau de roseau taillé et fendu. Célèbre pour son utilisation en écriture arabe, il offre un contact avec le papier très particulier. Enfin, vous pouvez également pratiquer la calligraphie à l’aide d’un pinceau. Vous choisirez par exemple un pinceau à l’extrémité pointue pour la calligraphie chinoise ou encore avec une extrémité plate et carrée pour la calligraphie latine.